Extralapis n°13 – Smithsonite – Think Zinc !

35,00

Extralapis n°13 – Smithsonite – Think Zinc ! (2010)

Voici une monographie consacrée à la smithsonite. Celle-ci se concentre sur les principaux gisements, ceux qui ont produit les variétés les plus colorées ou étranges. Le très bon niveau de plusieurs pièces, allié à la grande qualité des photographies, devrait ravir plus d’un collectionneur. Les propriétés physiques et chimiques, ainsi que la gîtologie générale de ce minéral sont abordées dans le premier chapitre. Ensuite, les raisons de l’origine du nom sont développées dans le chapitre consacré au minéralogiste James Smithson (1765-1829). La partie suivante nous renseigne sur les environnements géologiques où notre carbonate apparaît, principalement dans les zones d’altération et les dépôts sédimentaires, avec des exemples de localités et surtout de belles cartes et schémas. L’article sur la smithsonite de Sardaigne nous amène sur des sites connus, dont celui de Monteponi. Mais on commence à être surpris quand le chapitre sur les smithsonites mexicaines offre un festival de couleurs (Santa Eulalia, etc.). Celles de l’Arizona (Etats-Unis) ou de Broken Hill (Australie) sont aussi surprenantes. Puis, la place donnée aux « monstres » de Tsumeb et de BergAukas (Namibie) est pleinement justifiée par la taille et les morphologies. Viennent les smithsonites de l’Arkansas et du Nouveau-Mexique (Etats-Unis) et celles du Laurion (Grèce). On regrettera l’absence de smithsonite de Chessy, pourtant une référence pour l’espèce (voir le Règne Minéral hors-série n°IX-2003). L’ouvrage se termine avec des informations sur les origines des couleurs, les pseudomorphoses qu’elle peut constituer après divers carbonates mais aussi la willémite ou la sphalérite, et sur les pierres taillées qu’elle peut éventuellement fournir. Un livre simple, beau et efficace destiné aux collectionneurs.

Format 21 x 29.7 cm
104 pages
100 photographies
Langue anglaise
(2010)

—————————————–

Informations complémentaires
Poids 650 g